Héléna ZEPH
Étiopathe à Longperrier,
entre Senlis, Roissy et Meaux

Pathologie : L’Arythmie cardiaque

L’arythmie cardiaque est le trouble du rythme cardiaque.

Un rythme sinusal correspond au rythme cardiaque normal, c’est-à-dire piloté par le nœud sinusal avec conservation de la séquence «contraction des oreillettes »-« contraction des ventricules ».

Un trouble du rythme correspond donc à un rythme cardiaque non sinusal :

On parle de tachycardie lorsque la fréquence cardiaque est rapide ; et de bradycardie lorsque la fréquence cardiaque est lente.

1. Les principales causes sont :

  • Maladie de Bouveret- Nœud ectopique (situé à un endroit inattendu) Causes : œsophagite / patho infectieuse
  • Bloc auriculo ventriculaire – Signe : perte de connaissance fulgurante sans souvenir
  • Bloc de Branche G ou D sur les faisceaux de Purkinje

2. Les signes principaux sont :

  • les troubles rythmiques qui peuvent être totalement asymptomatiques
  • il peut être simplement « gênant » par le biais de palpitations
  • asthénie
  • lipothymie, malaise mal défini, chute
  • troubles de la conscience : obnubilation, syndrome confusionnel, période d’amnésie, troubles du comportement, troubles subits du caractère
  • angor (prolongé ou non)
  • signe neurologique focalisé
  • brefs épisodes de convulsions, état de mal convulsif
  • mort subite.

3. Examen clinique :

  • étudie la tolérance (douleur thoracique, dyspnée, anomalies de la pression artérielle, sueurs, agitation)
  • rechercher une maladie cardiaque
  • recherche un déficit neurologique
  • recherche un retentissement fonctionnel (en l’absence de risque vital) : modifications des habitudes de vie.

4. Examens complémentaires :

-ECG ( électrocardiogramme)

  • il n’est contributif en règle générale que si le trouble du rythme est permanent ou s’il est fait par chance durant l’épisode d’arythmie
  • il apporte des informations sur les éventuelles maladies cardiaques sous-jacentes (atteinte des coronaires, hypertrophie ventriculaire,…).

ÉTIOPATHIE :

L’étiopathe pour parvenir à agir sur la contractilité cardiaque devra utiliser des voies indirectes en stimulant notamment le Centre cilio-spinal de Budge (Centre cardio-accélérateur : C7-D4)

Il vérifiera également le respect d’absence de contraintes mécaniques sur cœur (hernie hiatal, etc…)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.