Héléna ZEPH
Étiopathe à Longperrier,
entre Senlis, Roissy et Meaux

Pathologie : L’Énurésie

L’énurésie est l’émission inconsciente et involontaire d’urine à prédominance nocturne. Chez l’enfant, il s’agit d’une incontinence urinaire durant le sommeil survenant au-delà de l’âge normal d’acquisition de la propreté nocturne, c’est-à-dire 2-3 ans.

1. Physiologie de la vessie :

Le remplissage de la vessie pendant la nuit, active les récepteurs mécaniques situés dans sa paroi.

Ceux-ci transmettent des informations:

  • à la vessie elle-même, afin que ses muscles sphinctériens empêchent la fuite d’urine
  • à la région de la moelle épinière sacrée (niveau S2-S4)
  • aux centres intégrateurs du cerveau, pour informer de l’état de remplissage de la vessie afin de donner « envie d’uriner »

Lors du sommeil, les influx arrivant vers les centres intégrateurs doivent traverser une barrière (substance réticulée) qui filtre les informations de façon à ne réveiller la personne qu’en cas de nécessité.

Dans le cas de l’énurésie, cette barrière est trop étanche et le sommeil trop profond ; l’information « vessie pleine » ne permet pas le réveil, et la vessie se vide involontairement dès lors que sa capacité est dépassée.

2. Chez l’enfant :

L’incontinence, c’est-à-dire l’incapacité de maîtriser la miction, est normale chez les bébés, car la maîtrise du muscle sphincter de l’urètre est un apprentissage. Une miction réflexe se produit chaque fois que la vessie d’un bébé se remplit suffisamment pour activer les mécanorécepteurs, mais le sphincter lisse de l’urètre empêche l’urine de s’écouler goutte à goutte entre les mictions, comme il le fait chez l’adulte.

3. Principales causes :

L’augmentation de la perméabilité de la substance réticulée est surtout due à une difficulté d’endormissement de l’enfant notamment lors de troubles ORL chroniques.

Les troubles peuvent également être liés à une origine spychique (l’arrivée d’un nouvel enfant, séparation, etc…).

4. Il existe différentes formes d’énurésies :

Les énurésies primaires (l’enfant n’a jamais été propre)

Cas 1 : Enurésie nocturne seule

Théoriquement il s’agit de l’augmentation du seuil d’exitabilité de la barrière permettant le passage de l’information vers le cerveau

L’excitation de la vessie ne permet pas le reveil.

L’arc réflexe de dilatation vesical se met en route. La vessie se vide d’elle-même.

Cas 2 : Enurésie nocturne et diurne.

Elle traduit une immaturité de la vessie, c’est-à-dire persistance d’une vessie automatique encore sous la dépendance du seul réflexe médullaire.

Enurésies secondaires :

On les retrouve dans les infections urinaires, le diabète sucré et insipide, les lésions cérébrales (dégénératives comme la maladie d’Alzheimer, la SEP ou tumorales, épilepsie nocturne), et les lésions médullaires (Spina bifida, lésions médullaires traumatiques ou dégénératives).

Chez l’adulte, l’énurésie doit être distinguée de la pollakiurie, de l’incontinence urinaire associée à une hypotonie sphinctérienne des femmes âgées avec incontinence diurne ou d’effort.

Examens de laboratoire :

C’est un examen cytobactériologique des urines pour éliminer une infection urinaire.

ETIOPATHIE :

On conseille aux parents de diminuer les boissons le soir, de faire uriner l’enfant avant le coucher, de le réveiller au besoin en cours de nuit

L’étiopathe suivant la cause des troubles:

  • vérifiera l’état des ligaments suspenseurs de la vessie en contrôlant le bassin et le sacrum
  • contrôlera l’état de congestion abdominal
  • Règlera les problèmes ORL

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.